La crèche, le lieu d'accueil de nombreux enfants, mais qu'en est-il de la grève d'hier Mardi 3 Juin 2014?

June 4, 2014

Les crèches parisiennes en grève le mardi 3 juin

 

"Le syndicat CGT Petite enfance appel à la grève et a déposé un préavis pour le mardi 3 juin concernant les crèches parisiennes. Il dénonce le manque de personnel, la surcharge de travail et le remplissage des établissements de la petite enfance de la capitale. Toutes les infos.

 

"La création immédiate de postes supplémentaires" dans les 450 établissements parisiens concernés, "le respect des missions, un corps de remplacement volontaire dans des règles respectueuses des agents"... Voilà les principales revendications de la CGT Petite Enfance, qui a déposé un préavis de grève pour le mardi 3 juin 2014 dans les crèches de la capitale.

Les Personnels des établissements d'accueil n'en peuvent plus" selon le syndicat, qui dénonce la surcharge de travail des salariés, le fait qu'ils soient "ballotés" d'établissements en établissements, avec des amplitudes horaires trop larges... Avec pour résultat du stress, de la fatigue, des arrêts maladie à répétition... A cela s'ajouterait, toujours selon le syndicat, un "remplissage" des établissements qui ne permettrait pas de garantir "un accueil bienveillant pour chaque jeune enfant". "Trop, c'est trop !", scande la CGT, qui appelle à un rassemblement le mardi 3 juin à partir de 10h sur le parvis de l'Hôtel de Ville.
"

 

(Sources: France3 Paris Ile-de-France

 

 

Je n'ai pas une âme de syndicaliste néanmoins les revendications de la CGT sont tout à fait honorables.

 

 

Découvrez la lettre ouverte aux parents rédigée par le CGT Petite Enfance :

 

LETTRE OUVERTE AUX PARENTS
 

"Chers parents.
Le 3 juin prochain, les personnels des établissements d’accueil sont appelés à une Grève reconductible.
Encore une Grève à la DFPE? Oui, car les personnels des établissements d’accueil n’en peuvent plus.
A la ville de Paris, le ratio d’encadrement retenu est d’une professionnelle pour 6,5 enfants.
Ce ratio est mis en oeuvre sans tenir compte de la réalité, sur la base d’équipes abstraites : des agents qui
n’auraient ni congés, ni absences et qui travailleraient 11h par jour (amplitude horaire d’ouverture d’un établissement).
Mais les personnels ont des congés, parfois des absences, et des jours de travail d’un peu moins de 8h.
Alors que depuis l’après-guerre, nos métiers se sont professionnalisés, passant de la « garderie » à l’accueil
individualisé, les normes décidées à l’époque ne sont même pas respectées par la Ville de Paris
(1professionnelle pour 8 enfants qui marchent, 1 pour 5 enfants qui ne marchent pas).
Par exemple (souvent, trop souvent) des professionnelles se retrouvent seules avec 10 bébés à la pause méridienne,
ou seules avec plus de 10 moyens ou grands après 16h30, ou à deux dans des groupes surabondants.
Le résultat ? Stress, fatigue, absences, épuisement professionnel, accidents du travail et maladies professionnelles
(affections péri articulaires, atteintes dorsolombaires), usure professionnelle accélérée, ,…
Dans les établissements, une polyvalence non choisie s’impose alors à tous-tes : chacune, de l’agent technique
à la responsable, étant appelée à « remplacer », bien au delà de ses missions.
Pour « remplacer », des agents sont ballotés d’établissement en établissement.
Désormais, le nouveau règlement intérieur doit permettre de développer l’accueil occasionnel (une place attribuée
à un enfant lors de l’absence d’un enfant en « temps partiel »). Le tout devrait bientôt être géré par un
logiciel informatique SIPE (avec des badgeuses) permettant de calculer les ratios à l’instant T et de
« remplir » les établissements ou de balloter les professionnelles en fonction des besoins.
Personnel surchargé, balloté, « remplissage » des établissements, bref beaucoup de
maltraitance institutionnelle pour des professionnelles dont la mission principale est de garantir
un accueil bienveillant pour chaque jeune enfant. Trop c’est trop !
Il y a 3 ans, les personnels avaient gagné la création de postes supplémentaires et d’un corps de remplacement.
3 ans plus tard, force est de constater les mêmes difficultés : souffrance au travail, lassitude et colère.
En Novembre-Décembre dernier la Ville est restée sourde aux demandes des personnels.
Maintenant ça suffit !
Pour leurs conditions de travail et la qualité d’accueil, les personnels demandent :
- La création immédiate de postes supplémentaires par établissement.
- Le respect des missions, un corps de remplacement volontaire dans des règles respectueuses des agents.
Les agents de la DFPE *vous demandent donc toute votre compréhension et mieux, votre solidarité."

LETTRE OUVERTE AUX PARENTS
des établissements d’accueil de la petite enfance de la Ville de Paris.
Rassemblement le Mardi 3 juin à partir de 10h sur le parvis de l’Hôtel de Ville.
C G T P e t i t e E n f a n c e
Bureau 208, 3 Rue du Château d’Eau Paris 10eme
℡ 01 44 52 77 08  01 44 52 77 29  cgt-pe@hotmail.fr

 

 

 

La DFPE est la Direction des familles et de la Petite Enfance de Paris.

Eh oui ce n'est pas nouveau, pas assez de personnel pour être attentif aux besoins de chaque enfant, le nombre d'enfants qui ne fait qu'augmenter par section chaque année. La CAF fait pression sur les établissements d'accueil de la Petite Enfance afin de pouvoir rentabiliser au maximum le nombre de places. Alors oui les parents sont heureux de recevoir une réponse positive pour l'admission de leur enfant en crèche mais à quel prix? (courrier d'admission que les parents parisiens vont recevoir dans le courant du mois de Juin d'ailleurs).

 

 

  Je ferai prochainement un petit zoom sur l'accueil des enfants en crèche à Paris et sur d'autres communes, avec des témoignages de parents et du personnel de la Petite Enfance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boîte à idées

Please reload

Article à l'affiche
 

On a toujours fait comme ça, pourquoi ça changerait !

November 10, 2014

1/10
Please reload

Recherche par Tags

 

 
Please reload